Le voyage ininterrompu

Les vibrations du Gong sont neutres. Je veux dire qu'elles n'ont aucun contenu émotionnel, mental ou autre. C'est d'ailleurs la garantie d'un Bain de Gong réussi. C'est votre corps subtil qui prend dans cette généreuse offre vibratoire ce dont il a besoin, pour "être" ou entrer en résilience si cela est nécessaire. Imaginez que vous entrez d'un coup dans la Caverne d'Alibaba : il y a bien trop de trésors pour vos petites mains et vos yeux ébahis, alors vous foncez tout de suite vers les objets qui vous attirent et vous confèreront l'opulence et la joie. Pour que cela fonctionne bien, que ça ne soit pas votre inconscient et/ou votre karma qui vous guide à votre insu, vous devez être complètement "déconnecté-e". C'est pourquoi le Gong apporte en premier lieu une immense relaxation, toutes les couches du mental au repos. Vous êtes alors entre les mains de la Conscience Cosmique, ou de Dieu si vous préférez l'expression. Il n'y a rien à faire, rien à espérer, produire, redouter, demander... Dans les bras vibrants du Gong, vous n'êtes rien, vous n'existez même pas, vous êtes le zéro de l'Univers. Je crois que Yogi Bhajan dirait alors (avec le sens de la formule qu'on lui attribuait) : "Dieu vous sert". Laissez-vous guider et vous arriverez à l'endroit que vous n'auriez jamais dû quitter !

Il existe deux sortes de voyages ininterrompus : celui de l'affliction qu'on tente de surmonter et qui jamais ne cesse en raison même de ces tentatives fondées sur l'erreur qui engendra l'affliction, et celui de l'abandon où l'on s'offre à l'instant qui s'offre dans le continuum exubérant de la vie totale. Dans l'abandon, il y a la force de tenir autant que d'exulter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *