Le Gong et la peur

Autrefois, le Gong était utilisé pour préparer les soldats à évacuer leur peur du combat avec l’ennemi. Il n’a donc pas servi seulement à la guérison. De nos jours, même en Asie, le Gong n’est pas ou très peu envisagé dans l’une ou l’autre de ces situations. L’Art du Gong transmis par Yogi Bhajan est un héritage qui semble nous revenir aujourd’hui. Et c’est la raison pour laquelle je vous propose ces Bains de Gong en suivant au plus près la tradition de guérison (et non pas celle militaire).

Il existe donc une étroite relation entre ces deux usages du Gong : l’évacuation de la peur. En ces temps difficiles, vous pouvez aussi vous sentir en guerre, pris dans la tourmente d’une bouffée délirante internationale, et pas seulement par un petit virus à moitié mort. La peur (je parle de celle qui paralyse et/ou qui reste indétectable dans la conscience, et non celle vitale qui nous permet d’éviter les dangers) est la maladie fondamentale que traite le Gong en tout premier lieu. Ensuite, seulement, viennent les impacts des vibrations sur l’homéostasie physique et psychique, l’harmonisation, l’émergence des ressources énergétiques, l’auto-guérison, le pouvoir personnel, etc.

Tout ce que l’esprit comporte de peur, d’irritation, d’insatisfaction est à la racine de l’ensemble des autres maux physiques et psychologiques. C’est normal, non ? Vous naissez à la Vie pour en jouir, pour découvrir tout ce qu’elle a à vous offrir, pour être heureuses… mais ça ne fonctionne pas et tout va de travers !

Lors d’un Bain de Gong, il n’est pas indispensable de “contacter” cette peur ou cette irritation pour qu’elle se dissipe partiellement, parfois totalement. Cela se fait tout seul avec les vibrations. L’espace de quelques minutes, toute forme de chape explose ou se dissout, laissant entrevoir une réalité personnelle et trans-personnelle lumineuse, libre, enjouée, intelligente. Cela peut amorcer une révolution intime où les différentes modalités de la guérison commencent à se mettre en place. Oh ! Le ressenti conscient de ce changement ne dure pas bien longtemps, quelques jours tout au plus. Mais le processus s’enfonce chaque instant plus en profondeur dans les différentes couches de votre être. Il devient aussi plus subtil et plus versatile. C’est donc de l’attention et de la respiration qui sont attendues de votre part. En tous cas, une voie se dessine et s’imprime, et il ne tient qu’à vous de la suivre et de vous accorder cette Grâce de la transformation par le son du Gong.

Si c’est ce qui vous parle, je préconise de recevoir un de ces Bains de Gong toutes les trois à quatre semaines (mais pas plus) selon le protocole délivré et maintenu par les Medecin’Gong Players afin de ne pas laisser retomber le travail de ces vibrations. Cela n’est pas magique, c’est une question de rencontre, de “reliance”, d’ouverture et d’abandon au discours vibratoire du Gong.

A bientôt dans la Vibration !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *